XVIIe siècle.

1637, pont à péage construit par l'ingénieur Jean Christophe Marie.

1643, le pont est emporté par les glaces, les héritiers abandonnent leurs droits.

1656, construction d'un nouveau pont à péage.

XVIIIe siècle.

1711, la grande crue l'emporte.

1758, le Consulat sollicite les anciens actionnaires pour la reconstruction du pont en maintenant le péage.

1777, le pont est refait à neuf, il a une largueur de 7 m pour moins de 80 m de longueur.

XIXe siècle.

1830, il est en piteux état et très mal situé. Les actionnaires proposent de construire moyennant péage le pont de La Feuillée et remplaceront le pont Saint Vincent par une passerelle dans un délai de 10 ans.

Le 25.04.1827 signature de l'ordonnance royale. L'entreprise Tarpin construit en même temps les 2 ouvrages.

Le 25.10.1832 réception de la passerelle. Elle est privée, donc à péage, d'une longueur de 76,50 m pour 2,80 m de large.

1840, la crue endommage le tablier et après réparation elle restera telle quelle.

Le 02.03.1865 la ville rachète le péage et l'entreprise Grillet adjudicataire assure son entretien.

XXe siècle.

Le 01.09.1944 les Allemands épargnent la passerelle.