XVIIIe siècle.

1745 - 1749 construit par les Hospices sous la direction de A.Degerando pour un prix de 144.281 francs d'époque, à la demande du Consulat sollicité par les prévôts des marchands.

1780, fin d'aménagement des travaux de Perrache, le pont se trouvait alors au confluent du Rhône et de la Saône.

1791, il est endommagé par les crues.

1793, pendant le siége, il est de nouveau endommagé par l'explosion de l'arsenal et par les riverains qui récupérèrent son bois.

1795, les restes sont vendus.

XIXe siècle.

Le 02.06.1801 une proposition de reconstruction du pont et mise en place d'un péage pour le financer est faite, mais le projet n'abouti pas.

Le 06.12.1810 nouvelle adjudication, la construction est assurée par Michel Creuzet pour un prix de 400.000 francs sur le budget de l'état.

1816, l'Etat se retire suite à des problèmes financiers.

Le 30.12.1816 sollicitée, la Ville de Lyon décline l'offre de reprise pour les mêmes raisons.

Le 11.06.1817 les Hospices reprennent la construction.

Le 13.10.1818 ouverture du pont. Le trafic est en deçà des prévisions.

L'ouvrage vieillit mal, il subit les crues de 1840 et 1856, malgré la protection en amont du pont Tilsitt qui faisant barrage, freine les eaux.

1840, Mise en place d'une traille.

Le 18.05.1858 la loi sur la défense de Lyon contre les inondations envisage sa reconstruction, mais il n'y a plus de crédit.

Le 02.03.1865 la ville rachète le péage, et l'entreprise Grillet adjudicataire en assure l'entretien.

Le 05.01.1887 le rapport d'inspection des ponts déclare l'état du pont alarmant, au niveau des massifs d'ancrage et des piles. La cause est la même pour tous les ponts: le passage des corps de troupe: cavaliers et fantassins, charrois lourds.

1890, le pont offre une chaussée de 5,36 m et deux trottoirs de 1,70 m.

Le 28.01.1890 le conseil municipal présidé par Gailleton limite le transit aux piétons et aux voitures vides.

1895, les statistiques indiquent un passage quotidien de 4.512 piétons entre 6 heures et 22 heures.

1895, la ville lance un emprunt pour la reconstruction du pont, coût 500.000 de francs or soit 50 millions de francs actuels.

1897 à 1899, reconstruction d'un pont métallique ressemblant en plus petit aux ponts Galliéni ou de l'Université. D'une longueur de 119 m, doté d'une chaussée de 6 m, et deux trottoirs de 2 m. Il est éclairé d'abord au gaz puis à l'électricité.

XXe siècle

Le 01.09.1944 les Allemands font sauter le pont, détruit jusqu'aux piles, il n'est pas reconstruit.